L’oeuvre au Noir

Pour le vernissage de ma première exposition sur le thème de l’alchimie, mon ami Sylvain Ménard est venu nous présenter son spectacle de marionnette « Père Ubu ». Nous avons construit ensemble un castelet avec des objets de récupération (tapisseries, planches, tasseaux…). J’ai également eu l’honneur d’obtenir une fonction dans le spectacle, au service du Magnificent et Magnanime Ubu, dans le rôle du scribouillard (autrement dit, son portraitiste).

L’oeuvre au Blanc

L’exposition était organisée à l’extérieur, suivant un parcours circulaire, orientée par une piscine gonflable au milieu de l’espace d’exposition. Les oeuvres étaient rangées en trois groupes, celles de l’oeuvre au noir, l’oeuvre au blanc puis l’oeuvre au rouge, correspondant aux étapes alchimiques de la purification des corps.

L’oeuvre au Rouge

 » L’Oeuvre au noir est indissociable de la mort, le Corps physique étant réduit en cendres. Mais dans cet environnement de deuil, une lueur paraît, semblable à la blancheur de la Lune.  l’Oeuvre au blanc est une résurrection. Avec le blanc est atteint une nouvelle forme d’existence, lumineuse : il se produit un changement d’être, la naissance d’un individu nouveau. L’oeuvre au rouge  est l’étape de la réconciliation intime, d’une résurrection sans résidu, sans scorie. Rien n’a vraiment été abandonné, tout a été réintégré, même le mal, même la souffrance. Tout se confond désormais dans l’Amour, cette force qui accepte tout, embrasse tout, dissout tout. » Adrien Choeur